Photos de Geoffroy Delorme :
https://lechevreuil.wixsite.com/geoffroy-delorme/mes-amis

Quatrième de couverture :

Amoureux de la nature, Geoffroy Delorme n’a pas vingt ans quand il aperçoit, dans la forêt de Louviers en Normandie, un chevreuil curieux et joueur.

Le jeune homme et l’animal s’apprivoisent. Geoffroy lui donne un nom, Daguet, et le chevreuil lui ouvre les portes de la forêt et du monde fascinant de ses semblables. Geoffroy s’installe parmi eux et son expérience immersive va durer sept ans.

Vivre seul en forêt sans tente, ni abri, ni même un sac de couchage ou une couverture, c’est surtout apprendre à survivre. Geoffroy Delorme suit l’exemple des chevreuils. Il adopte leurs comportements, apprend à se nourrir, à dormir et à se protéger comme eux.

Il acquiert une connaissance unique de ces animaux et de leur mode de vie, il les observe, les photographie et communique avec eux. Il apprend à partager leurs joies, leurs peines et leurs peurs.

Aujourd’hui, il raconte.

Je viens de finir le livre de Geoffroy Delorme et je dois dire que c’est un véritable ressourcement tant dans le contenu que dans la manière de raconter. Je serais bien restée avec les chevreuils.
Il réussit à faire vivre des choses émouvantes, en tout cas, j’en suis ressortie plusieurs fois émue.
C’est le meilleur livre que j’ai pu lire.

J’ai donné mon impression après tout en évitant de donner beaucoup d’informations sur le livre et encore moins l’histoire.

A force d’avancer dans ma lecture, je me suis demandée quand-même si tout était une histoire vraie, s’il n’y avait pas un peu de fiction et apparemment non. Je me posais des questions relatives à la survie en plein hiver ou encore le fait de dormir en étant accroupi et notamment les périodes d’une demi-heure par demi-heure en hiver. C’est tellement éloigné du confort qu’on a l’habitude de vivre que ça me laisse une impression bizarre.
Je suis épatée, et en même temps, j’ai du mal à m’enlever une croyance qu’on puisse vivre comme ça en forêt pendant 7 ans même s’il retournait des fois chez ses parents pendant un temps. Tout comme l’absence d’une supplémentation en B12 pendant 7 ans.

J’ai appris énormément de choses sur les chevreuils, mais aussi sur les plantes moi qui n’était pas loin de penser que le chevreuil, c’était peut-être le petit du cerf.
Geoffroy raconte comment les chevreuils trouvent leur nourriture, le sommeil, les conquètes de territoire, les accouplements, les naissances, les personnes humaines qui chassent, la prédation, les bois des chevreuils et bien d’autres encore… et partage aussi leurs valeurs.
J’ai appris aussi l’impact des personnes humaines sur les chevreuils avec la chasse mais aussi la coupe à blanc, les cultures d’arbres monotones, la construction de routes sans oublier les accidents de la route (dont ceux liés au changement d’heure). Avec la façon dont il parle des chevreuils et de la chasse, je me rends encore plus compte du stress que peuvent ressentir les animaux pendant de longs mois. Je ne me doutais pas des liens étroits entre la gestion forestière et les territoires des chevreuils.
Ca m’a déchiré le coeur et ça a fini de m’achever sur ce que je pensais de l’être humain. Je trouve qu’on vit dans un monde vraiment merdique.
Je ne sais pas comment Geoffroy a pu s’adapter au retour à la civilisation en ayant vu tout ça.
J’apprécie vraiment qu’il ait parler de cet impact.

Il parle aussi de ce qu’il faudrait faire pour que les chevreuils puissent se nourrir sans aller dans les potagers.

Il faut créer des futaies claires de feuillus avec peu de résineux pour favoriser la végétation au sol. Aménager des clairières près des ronciers notamment, avec des sous-bois dans lesquels il faut planter des arbustes à baies pour qu’ils puissent trouver des prunelles, des cenelles, des myrtilles et bien d’autres fruits.

En terme de cohérence, je dirais que c’est dommage que Geoffroy ne soit pas végane, l’histoire aurait été encore plus belle.

Enfin, je suis restée un peu sur ma faim quand pendant des dizaines de pages, je n’ai plus de nouvelles aventures de sa première amitié chevreuil qui m’a beaucoup touché par cet ami qui se laisse approcher. Il réapparaît vite fait en fin d’histoire sans trop de nouvelles.

Voilà, malgré quelques déceptions, cela reste un livre à lire absolument.

Pour lire ce livre en format audio ou plutôt l’entendre du coup, je vous conseille le logiciel Astread qui convertit les pdf et epub en format audio et je remercie au passage les personnes derrière Astread pour ce si bon service.
http://astread.com/


Je vous laisse avec quelques notions avant de commencer le livre
Et aussi une vidéo très agréable d’un échange avec l’auteur (merci Coco Tache). C’est une vidéo avec de belles leçons de vie sur la nature, le partage et ses connaissances sur les chevreuils.
C’est une vidéo à plutôt regarder après la lecture du livre.
Bon, je n’accroche pas à la partie sur l’obligation forestière de tuer qui oblige le chasseur à tuer par exemple 10 chevreuils plutôt que 2 sinon il y a une amende. Alors que le chasseur peut s’arrêter de tuer tout court.

Un film est à venir !

Chevreuil : de la famille des cervidés, le plus petit cervidé qui vit en Europe de 80 cm au garrot.
Son pelage est court, fin, régulier. Pelage roux en été, qui devient gris-brun en hiver après la mue automnale.
Il a une zone de poils blancs en hiver, jaunâtre en été sur les fesses. Parfois, on trouve une tache blanche sur l’avant du cou appelée serviette. Sa queue est à peine visible. En hiver, la femelle a sur le haut des pattes postérieures une touffe de poils blancs qui simule une queue.
Seul le mâle porte des bois.

Brocard : chevreuil mâle
Chevrette : chevreuil femelle
Faon : jeune chevreuil jusqu’à 6 mois
Chevrillard : jusqu’à 1 an.

Cerf : il y a plusieurs espèces de cerf.
En Europe, on trouve le cerf élaphe.
Celui-ci mesure 1,25 à 1,50 mètre de haut au garrot (1,80 m au niveau de la tête).
Le pelage est fauve roussâtre en été avec un poil court et régulier et gris-brun et plus épais en hiver mais certains ont cependant un pelage blanc crème. Les faons ont un pelage moucheté de blanc.
Seul le cerf mâle porte des bois.

Biche : femelle du cerf
Faon : petit du cerf et nom de la femelle jusqu’à 1 an
Hère : jusqu’à 1 an pour un mâle
Daguet : mâle de 1 à 2 ans
Bichette : femelle de 1 à 2 ans.

Daim : celui-ci mesure 85 cm à 1 m au garrot.
Sa robe est habituellement fauve-roussâtre, tachetée de blanc en été et brune en hiver. 
La tâche sur les fessiers est blanche et est limitée par des lignes noires extérieures.
Seul le daim mâle porte des bois qui sont des bois plats.

Daim : daim mâle
Daine : femelle du daim
Faon : jeune daim
Daguet : jeune mâle portant des débuts de bois en pointe.

Vous pouvez soutenir mon travail en me faisant un don sur Paypal, merci : https://www.paypal.com/donate/?hosted_button_id=A6L4BF2X2DVR